Comment ne pas reprendre du poids après un régime? Ou une vie de régimes ?

 3 conseils indispensables pour vaincre votre peur de grossir.

comment ne pas reprendre du poids après un régime

Céleste

Chère Kate,

les 3 clés de l’ebook me semblent logiques pour apaiser mes compulsions.
Mais j'ai peur que le résultat soit une prise de poids supplémentaire...

Avez-vous peur de reprendre du poids si vous ne faites plus régime?


C’est décidé.
Vous voulez en sortir.

Définitivement.

STOP la souffrance, les privations, les compulsions.
STOP le yoyo : maigrir – regrossir – maigrir – regrossir, sans fin.

Vous voulez être libre et reprendre le contrôle.
Pour toujours.

Mais la peur de (re)grossir vous terrorise.

Dans cet article, retrouvez 3 conseils imparables qui vont vous éjecter du yoyo infernal en sécurité.


Pour en finir avec l'obsession alimentaire, apaiser votre relation à la nourriture et stabiliser votre poids pour toujours, vous devez sortir de la restriction cognitive.

Retrouvez dans l'ebook GRATUIT, toutes les infos sur la restriction, sur l’impact désastreux qu’elle a sur toutes vos tentatives de maintenir un poids stable.

Donc, adieu restriction !

En pratique, qu’est-ce que ça veut dire ?

Tous les aliments sont autorisés.

Tous les aliments.

Tous.

Aussi bien ceux que vous considérez comme sains que la malbouffe.

Aussi bien ceux qui « font grossir » que ceux qu’on peut manger à volonté sans risque : salade, galettes de riz, oxygène…

Tous.

Tout est permis.

Les chips
Le saucisson
Le chocolat noisette amande caramel beurre salé
Les crèpes Mikado avec la boule de glace vanille
Les virées au fast-food
Les sorties au resto avec entrée plat dessert vin et pousse-café
L'apéro entre amis
Les buffets en vacances
Les croque-monsieur
Les hot-dogs
La bière aux concerts
Le vin en terrasse
Les macarons
La crème de marrons
Le canard laqué
Les pâtes
Les croissants
Le petit salé aux lentilles
La choucroute
La raclette
La fondue bourguignonne
La pâte à tartiner
Les céréales au chocolat
Le pot-au-feu
Le saumon fumé
Le beurre salé sur la baguette croquante
La mayonnaise
L'entrecôte béarnaise
Les cocktails
La sangria
Le cappuccino
Le cake de bonne-maman
Le tajine aux pruneaux de la voisine
Les oignons frits
La confiture
La tarte au citron meringuée
Le hachis parmentier
Le waterzooi
Les frites
Les quiches
La pizza 4 fromages
Le kebab
Le riz au lait
La crème glacée
Les gâteaux d’anniversaire
Les bonbons…

TOUT EST PERMIS.

Mais.
Mais.
Mais…

Vous vous dites: « Si je m’autorise à manger tout ce dont j'ai envie, je vais prendre 45 kilos !!! Au secours !!! »


N’est-ce pas ?

Qu’en est-il réellement ?

Je ne vais pas vous mentir.

Quand on arrête tous les régimes et que l'on décide de s'autoriser tout ce dont on a besoin et/ou envie, on passe par une phase dite « de compensation ».

Et, pendant cette phase, on peut prendre un peu de poids.

Surtout si vous vous trouvez en dessous de votre pondérostat.

Le pondérostat est le poids que votre corps maintient tout seul sans effort.

C’est le poids que vous pèseriez si vous n’aviez jamais fait régime.

Le poids que vous allez retrouver en apaisant votre rapport à la nourriture.

Votre poids « normal ».

Vous ne connaissez pas votre pondérostat? Pourquoi?

C’est le cas si vous avez commencé les régimes très tôt.

Vous confondez peut-être aussi votre pondérostat avec le poids que vous aimeriez peser.

Si vous lisez ceci, vous subissez les régimes depuis de nombreuses années et vous n’avez qu’une vague idée de votre véritable poids de forme.

Si par chance, petite fille, vous avez échappé au régime sauvage prescrit par un médecin psychopathe ou par une mère grossophobe qui vous a privée dès le berceau; (Je n'invente rien, je reçois des témoignages comme ça tous les mois); peut-être n’avez-vous commencé à vous restreindre "qu’à" l’adolescence.

Alors que vous n’étiez même pas en surpoids.


Cela aussi vous me le dites régulièrement : « Kate quand je revois les photos de l'époque, je m’aperçois que je n'étais même pas grosse. »

Mais votre poids ne vous semblait pas juste.


Les médias, la pression de vos copines, des magazines vous ont convaincue que vous deviez être plus mince.

Quand on regarde les indices de masse corporelle (IMC ou BMI), on constate que le rêve de la majorité des femmes ne se trouve pas dans la fourchette "normal" de l'indice mais dans la fourchette "maigreur."


Non, Kate MOSS et Angelina Jolie ne sont pas minces. Elles sont maigres.
Leur IMC est de 18.5 =) maigreur.

Ces femmes représentent un idéal de sous-alimentation.
De malnutrition.

Et vous, vous trouvez pertinent de prendre comme modèles des femmes qui sniffent de la coke et qui mangent des mouchoirs en papier pour ne pas grossir ?

Heu…

Rassurez-vous.

  • Ce n’est pas parce que vous faites régime depuis des millions d'années.
  • Que vous ne vous connaissez que trop grosse ou grosse avec des périodes très courtes de minceur.
  • Que vous ne pouvez pas avoir un ponderostat qui vous correspond.
  • Qui vous plaît
  • Dans lequel vous vous sentez bien.

Attention !
Lisez bien ce qui suit.

Vous pouvez vous sentir très bien dans un ponderostat plus élevé que la normale.

Vous pouvez décider d'être grosse ou plus grosse que la normale et être très satisfaite de votre silhouette, être belle et heureuse.

D’accord?

Vous n'avez pas à obéir aux injonctions de minceur extrême véhiculées par une société malade.

Mon but n’est pas de vous dire qu'il faut absolument mincir.
Je suis là pour vous aider à stabiliser votre poids dans un ponderostat dans lequel vous vous sentez bien.

Que vous décidiez d'être mince ou grosse.

Mince ou grosse, vous avez tout autant le droit d'être en paix avec leur nourriture et d'avoir un poids stable et une silhouette dans lesquelles vous vous sentez belle.


Ce que vous devez savoir.

Le risque de grossir pendant la phase de compensation est bien réel.


MAIS.

Notez bien ceci :

  • La prise de poids n'est pas systématique (tout le monde ne grosssit pas et certaines maigrissent).
  • Quand elle survient, elle est transitoire.
  • Et généralement très modérée.

==) pas de panique.

Personnellement quand j'ai traversé ma phase de compensation, après 25 ans de régime, j'ai pris 3 kilos.
Et ces 3 kilos après quelques semaines sont repartis comme ils sont venus.

Sans que je fasse quoi que ce soit.
Et en mangeant tout ce que je voulais.

"Mais, Kate, 3 kilos, c'est encore trop pour moi!"

OK .
Arrêtez d’hyperventiler, je vais vous filer un tuyau.


Comment apaiser votre relation à la nourriture sans exploser votre balance ?

Conseil 1.

Avant de manger, posez-vous la question : est-ce que j'ai faim ?
Ça a l'air un peu con comme question mais je peux vous assurer que ce n'est pas évident pour tout le monde.

On se retrouve souvent à manger sans faim simplement parce que c'est l'heure où on a l’habitude de manger, parce qu’un repas est prêt ou que toute la famille mange à ce moment- là…

Si la réponse est : « oui, j’ai faim. » =) mangez.

Si non, ne mangez pas maintenant.
Attendez d’avoir faim.

Pourquoi?

Parce que quand on mange sans faim, le corps qui n’a pas de besoin à combler à ce moment-là, ne sait pas utiliser ce que vous mangez.

Ce serait génial, s’il pouvait s’en débarrasser tout de suite, genre gros KK libérateur mais notre corps ne fonctionne pas comme ça.

Il se dit : « ça, ça peut toujours servir ».

Alors, il ne jette pas, il stocke.

=) ce que vous mangez sans faim se retrouve sur vos fesses.

Youpie!


"Mais, moi je ne sais pas toujours dire quand j'ai faim ou pas faim »

Vous ne savez peut-être pas distinguer une faim physiologique d'une envie de manger émotionnelle.

Très bien.

Pas d’affolement.

Passons directement au point 2.


Conseil 2.

Quand vous mangez, restez connectée à ce que vous faites.
Ne pensez pas à autre chose.
Ne faites pas autre chose en même temps.

Attention !

Je ne suis pas une fanatique illuminée de la pleine conscience.
Genre mâchez chaque bouchée 450 000 fois, connectez-vous à l’âme suprême de la nourriture et au prana divin, soyez attentive à le moindre sensation de votre palais à votre anus...
…honnêtement, c’est pas trop mon truc.

Non.

Mais, restez à au moins 70% à ce que vous faites.

Comme quand on fait l’amour, on reste un minimum concentrée.
On ne regarde pas en même temps un documentaire sur les pangolins.

Voilà.

Vous m’avez comprise.


Pourquoi devez rester concentrée quand vous mangez?

Simplement pour que votre cerveau puisse vous signaler quand les besoins de votre corps sont couverts.
==) il peut alors vous envoyer le signal de satiété qui vous indique que vous avez assez mangé.

Or, si vous êtes occupée à autre chose, vous n'entendez pas ce signal.
=) vous mangez trop.
=) votre corps stocke le surplus.

=) de nouveau, direct to ze popotin.


Appliquez ces 2 conseils.

Dans un premier temps ne faites que cela.
Parce que l’air de rien, c'est déjà un énorme boulot.
Super balèze.


Que faire si vous craignez d'être submergée quand même par vos envies de manger ?

Il se peut que pour vous c'est deux conseils ne semblent pas suffisants dans un premier temps et que vous sentiez tétanisée de stress et d'angoisse.


Dans ce cas-là, sortez sans attendre votre couteau suisse : les 5 règles d'or.
Vous trouvez le rappel des 5 règles d'or dans cet article.

Les 5 règles d'or fonctionnent pour calmer illico les compulsions liées aux faims émotionnelles.

Mais pas que.

Vous pouvez les utiliser aussi pour toutes les autres compulsions.
Y compris quand vous ressentez un stress avant un repas.

Chaque fois que vous vous sentez mal à l’aise =) vous les dégainez.

C’est imparable.
Appliquez les et vous n’exploserez pas votre jean.

Appliquez-les.

Mais attention.

C'est la régularité qui va vous assurer le succès.
Donc appliquez les sans relâche.


Encore et encore et encore.

Relisez mon article sur la meilleure façon de les utiliser ici.


Que faut-il retenir de tout cela ?

La phase de compensation peut générer la peur de grossir
Et ce risque est réel.

==) Pour éteindre vos compulsions alimentaires en toute sécurité:

  1. Questionnez votre faim : avez-vous faim avant de manger ?
  2. Quand vous mangez, restez avec vous-même, ne faites pas autre chose en même temps.
  3. Appliquez sans relâche les 5 règles d'or.

Dites-moi comment ça se passe pour vous dans les commentaires.

  • Quels sont vos aliments « interdits » ?
  • Et que se passe-t-il quand vous appliquez les 3 conseils ?
  • Peut-être avez-vous encore des craintes ?

    Dites-moi.

Pour une sécurité optimale, vous préférez être accompagnée durant cette phase avec un outil 100 % adapté à votre cas ?
Avec le coaching AUDIO, je vous conseille et vous suis activement (supervision, ajustements, support mail) pendant au moins 2 mois.
J’ouvre 4 places cette semaine, profitez-en !


Et partagez!
Partagez cet article.
Si vous pensez qu'il peut aider une amie envoyez-le lui.

Et n’oubliez pas… vous êtes parfaite !

Vous avez une question donc vous n'avez pas encore trouvé la réponse parmi les articles de ce blog, écrivez-moi et je vous répondrai dans cette rubrique en garantissant votre anonymat.



Laissez un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont indiqués.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}